Critique du roman A.I. – Amis Imaginaires de Betty Piccioli

Il y a un septennat, des A.I. – Amis Imaginaires sont devenus réalité ! Vous savez ces fameux amis que l’on n’a pas forcément eu dans notre enfance, mais dont les séries américaines n’ont fait que nous parler depuis toujours. Imaginez un peu que cela se déroule dans notre monde. C’est justement ce que propose Betty Piccioli, via son premier roman chez Castelmore. Puisque hormis ce « détail », on retrouve la Terre à peu près telle qu’on la connait.

A.I. - Amis Imaginaires

Nous vous indiquions qu’il y a 7 ans les premiers A.I. – Amis Imaginaires sont apparus. Mais il ne s’agissait là que de la première vague, comme elle est nommée. Quatre autres ont eu lieu depuis. Pour répondre à votre truculente question, non Chloë Grace Moretz n’est pas apparue lors de la 5e Vague ! Puis rien lors de la 6e année. Idem lors de la 7e, soit le moment opportun pour célébrer cet événement qui aura marqué la société. Quatorze millions d’êtres venus d’on ne sait où, peuplant désormais les lieux, aux côtés des humain(e)s.

Particulièrement touché par ce phénomène, notre couple principal parmi les héroïnes et héros du livre. D’un côté l’humaine, Elena, et de l’autre l’ami imaginaire issu de son esprit, désormais tangible, John. Un lion dandy de la première vague, prêt à montrer une certaine férocité quand il sent sa « Darling » en danger. Mais bonne pâte et même papatte le reste du temps. Donnant bénévolement de son temps. Tout en bossant autant qu’il le peut pour ramener quelques maigres deniers, afin de gâter la désormais jeune fille de 12 ans. Tout en économisant, en vue de s’offrir un voyage à 2 à New-York. Elena faisant de même de son côté. Tout en étant soutenue par ses parents, qui finalement ne semblent pas trop inquiets à l’idée de laisser un lion dormir avec leur progéniture. Un moyen efficace de la garder à l’abri de mauvaises fréquentations.

A.I. - Amis Imaginaires

Mais ce phénomène inexpliqué jusque-là connait une réaction digne des vases communicants. Puisque sans crier gare, des enfants ayant vu leurs A.I. – Amis Imaginaires se concrétiser, disparaissent comme par enchantement. La stupeur est immense et la crainte chez la majorité des familles concernées si cela contenu avec les vagues précédentes, est palpable.

Vous le savez, la peur est à double-tranchant. C’est justement ce qui se passe ici. De nombreux enfants faisant partie des 4 premières vagues se trouvant enfermés dans des centres, n’inspirant pourtant pas la confiance. Cependant il est facile de faire croire à leurs proches qu’elles et ils y seront en sécurité. Alors qu’en fin de compte, personne ne sait ce qu’il se passe, comment l’endiguer, ni où se trouvent les disparu(e)s.

Même s’il parait que des services y travaillent. Cependant leurs expériences sur les A.I. ne semblent pas probantes. Ce segment du bouquin, ainsi que tout ce qui touche à la place des Amis Imaginaires évoluant désormais dans la société, s’avère particulièrement remuant. On ne peut que songer à un reflet de notre propre univers. Avec une similarité du traitement envers les animaux, mais aussi de personnes en difficulté sociale. Ces dernières n’osant pas se soulever contre les injustices, par crainte des représailles. Tentant déjà de survivre tant bien que mal.

On découvre ainsi moult situations de ces créations de la psyché enfantine. Dont le physique et les traits de caractères ont été donnés par la jeune personne. Les relations s’en trouvant transformées au fil des ans, l’enfant devenant adolescent(e), voire adulte déjà pour une frange. Sans oublier l’entourage. Toutes les familles ne voyant pas d’un bon œil ces nouvelles/eaux venu(e)s. Et bien que cela ne soit qu’effleuré, on saisit également que certains pays ont des mesures davantage répressives envers les A.I. !

A.I. - Amis Imaginaires

John le lion n’écoutant que son courage, il décidera d’enquêter lui-même sur ces disparitions. Il est à noter que les A.I. – Amis Imaginaires n’ont aucun souvenir de leur vie d’avant, de leur origine. Le lien est certain puisque seul(e)s des enfants ayant vu leur ami(e) sortir de leur esprit, ont disparu. Malheureusement, aucun indice pour remonter une piste.

L’action et l’enquête, avec Elena d’un côté et John de l’autre s’avèrera pleine de rebondissements. Surtout que l’autrice a décidé de ne transmettre certains indices qu’à l’approche du final. Celui-ci devenant une course effrénée et trépidante. On nous garde ainsi du suspense, de par des détails que l’on ne pourra jamais deviner dans les 250 premières pages, voire au-delà.

Mais cette quête n’est pas qu’axée sur ces points. Tout au long de celle-ci, on découvre une galerie d’Ami(e)s Imaginaires plus différent(e)s les un(e)s que les autres. D’ailleurs si vous croyiez que seuls des animaux, tel ce fameux lion comme l’a illustré Romain Ronzeau sur la couverture, figurent au programme, détrompez-vous. Chaque rencontre permet de nous surprendre. Tant physiquement, que dans le caractère. L’imagination des enfants est véritablement un incroyable outil.

Ce périple s’avèrera également un long chemin, où les sentiments seront mis à rude épreuve. Les liens se noueront. Les tensions aussi. Elena et John douteront, ce qui sera particulièrement bien retranscrit, grâce à une mise en scène nous faisant passer de l’une à l’autre au fil des chapitres.

Voici désormais un petit aparté. Betty Piccioli étant clairement annoncée comme issue de la génération Harry Potter, on se permet de préciser d’une certaine génération HP. La nouvelle venant de se lancer, via de nombreuses/eux professeur(e)s instaurant comme lecture pour leurs élèves, la saga du fameux sorcier. Les moins de 10 ans sont donc à fond dedans et leur proposer A.I. – Amis Imaginaires coule de source.

On a donc tenté l’expérience ! Sachant ainsi que l’œuvre ne plait pas qu’aux « anciens ». L’accroche fut immédiate. Si vous avez des enfants (cela fonctionne aussi avec les adultes) dans votre entourage, ayant du mal à se lancer dans une lecture et stoppant rapidement si la mise-en-bouche est laborieuse, A.I. – Amis Imaginaires leur démontrera que l’on peut vite se retrouver captivé(e).

A.I. - Amis Imaginaires

Conclusion

Accrocheur d’emblée, A.I. – Amis Imaginaires nous tient en haleine jusqu’au bout quant à sa résolution. Toutefois Betty Piccioli va amplement plus loin, en poussant à la réflexion sur le traitement donné à certaines personnes, animaux compris, dans la réalité.