Test de Castlevania : Lords of Shadow 2 (PS3)

Castlevania_Lords_of_Shadow_2_aMercurySteam reprend du service pour proposer ce nouvel épisode de la saga « Lords of Shadow ». Attendu au tournant par les fans et les moins fans, certains attendaient surtout une redite de la direction artistique de qualité du premier volet et puis la possibilité de jouer pleinement Dracula, alias Garbriel Belmont. Avant toute chose, je serai honnête : je ne suis pas un puriste de la saga Castlevania à l’ancienne. Ma perception se fait naturellement sur un background général, sur la suite des deux opus précédents (Lords of shadow et Mirror of Fate) et sur le genre dans lequel ce volet vient se caser.

L’histoire débute directement après les premiers Lords of Shadow. Gabriel est devenu Dracula, le célèbre vampire. Cela n’arrange pas forcément ses affaires. Si le jeu débute à une époque connue, propulser le héros à une époque plus contemporaine garde toute sa pertinence, surtout grâce à des passages présent/pseudo passé très intéressants et plutôt bien amenés.

Un cœur de pierre avec une destinée funeste

Un paradoxe vient apporter un grand élément de qualité à ce volet. En fait, comme dans le premier Lords of Shadow, on a un de ces mal à ressentir une quelconque émotion pour les personnages et l’histoire. Ici, c’est pareil. Voir pleurnicher l’ex-Gabriel Belmont à la vue d’une Marie fantomatique ne donne aucune pulsion permettant de pleurer. Ni de rire, d’ailleurs. Par contre, ce que l’on ressent indéniablement : la détresse permanente qui traverse le personnage face à son inéluctable immortalité. D’ailleurs, on l’apprend assez tôt, si notre protagoniste s’en va en guerre, c’est bien grâce à sa carotte : cette fugace promesse d’être délivré d’une vie éternelle, naturellement, moins savoureuse sans ses proches à ses côtés. L’on retrouve ainsi le personnage très ambigu de Zobek. Ce dernier a besoin de Gabriel pour qu’il refrène les envies de Satan de revenir sur terre. Le personnage n’est pas très intéressant en soi outre le fait qu’il soit doublé à nouveau par Patrick Stewart. Et ça, c’est quand même cool.

CLOS2_Screen_07

Alors, ce Lords of Shadow 2 perd son côté linéaire pour venir proposer un level design plus libre et moins cloisonné (quoique). Cet épisode vient ainsi récupérer, parfois un peu maladroitement, les lettres de noblesse du genre « metroidvania ». Dans l’absolu, on peut ainsi revenir dans la plupart des zones du jeu tout en profitant des nouvelles compétences pour débloquer des endroits jusque-là inaccessibles. Cet aspect n’aura pas été des plus approfondis puisque même si l’on revient dans certaines zones, on ne ressent pas vraiment cette fameuse gratification de déblayer les flous d’un tableau immense aux détails innombrables. Ou plutôt, ce besoin irrépressible de tout fouiller, tout bêtement. Ainsi, de façon assez simpliste, on pourrait pleurer le manque d’addiction.

Un melting-pot original mais souvent imprécis

Pour ce volet, MercurySteam fait de nombreux essais de gameplay et l’un d’entre eux fait difficilement l’unanimité. Et là, je vais serrer les dents et tenir bon, promis : il s’agit des phases d’infiltration que l’on va retrouver de façon chronique pendant tout le jeu. Deux choses sont à évoquer concernant ces phases de gameplay : rigidité et répétition. Si, finalement, chacune de ces séquences peut se résoudre avec un peu de jugeote (on n’est pas tous égaux à ce niveau), c’est la frustrante rigidité des séquences et de ses colosses qui, une fois qu’ils vous ont vu, vous atomisent, sans laisser nul espoir d’en ressortir vivant. Notons que ces passages permettent à notre (anti-)héros de se transformer en rat et de se faufiler dans des conduits ou entre les jambes de ses ennemis. L’idée est aussi intéressante que maladroite. Cela donne accès à des zones inaccessibles autrement mais ça reste assez basique dans l’ensemble.

Agreus

Mais tout cela, c’est sans compter la cerise sur le gâteau d’une séquence pour laquelle je resterai volontairement flou. Il est de ces séquences vidéoludiques dont seule la chance peut sortir victorieuse. Non allez, je vous parlerai uniquement de ce #&@! d’Agreus. Ceux qui ont déjà été jusque-là savent qu’il s’agit de ce genre de scène qu’il faut recommencer un nombre incalculable de fois. La scène qui demande autant de chance que de dextérité. Ainsi, ça passe ou ça casse (un peu le rythme) bien que le message soit intéressant au niveau de ce personnage voulant venger son frère Pan, terrassé précédemment par notre protagoniste. Alors que les développeurs ont cherché à créer un passage poétique et intense, on se retrouve avec une phase pénible qui casse terriblement le rythme de jeu. Un des gros points noirs du jeu, assurément.

CLOS2_Screen_02

Le cœur de Lords of Shadow 2, c’est tout de même les combats, parce que ce volet se présente toujours comme un gros beat’em all. Classique dans sa forme mais un peu moins dans le fond. Si le Prince des Ténèbres ne possède plus de fouet à proprement parler, il arrive à en moduler un dans une matière que nous qualifierons de plus… organique. C’est son arme neutre. En progressant, deux armes viennent se débloquer. La première, c’est l’épée du néant. L’intérêt ludique vient du fait qu’en l’utilisant, le personnage récupère de la vie (oui bon, il est immortel mais pas pour tout, voyez ! Bon…). L’autre arme : des poings de feu. Leur intérêt ? Briser des armures, notamment. Les armes secondaires ont ceci de commun, c’est qu’elles consomment de l’énergie. Des orbes sont obtenus suites à la défaite d’ennemis. Jusque-là, c’est classique. L’intérêt vient du fait que la jauge de l’épée se situe à l’écran sur la gauche. Pour les poings, la jauge est à droite. Les sticks (L3 et R3 pour la version testée) gauche et droite sont ainsi concernés pour remplir telle ou telle arme. Sympathique utilisation physique du pad. Les combats, très nombreux, ne sombrent pas dans le brouillon, et cela reste un très bon point. En somme, l’attrait du premier opus est conservé et même, ici, sublimée. Naturellement un Castlevania sans boss ne serait pas un Castlevania. On ressent une certaine inégalité. Certains sont amusants, esthétique et originaux. D’autres sont pénibles, moches et répétitifs.

CLOS2_Screen_08

Plusieurs autres éléments sont intéressants mais sous-exploités. L’exemple type demeure les phases à deux. Il s’agit de phases partiellement coopératives où les développeurs ont intégré un peu à la ramasse des mécaniques où deux personnages sont nécessaires pour progresser. Au niveau de jeu à binôme, on a déjà vu bien plus original. Ainsi, si l’ambiance de ce Lords of Shadow 2 est très intéressante, l’incursion de notions de gameplay maladroitement maîtrisés rend la progression parfois un peu pénible. Quelques énigmes sortent cependant du lot et le level design proche, à certains moments, d’un Prince of Persia à la sauce « sanglante », est plus bientôt pensé, notamment grâce à des pouvoirs, dont la brume permettant de traversé des zones grillagées, ou la possibilité de geler des chutes d’eaux.

Les plus :

  • Une progression globalement intéressante
  • Un personnage, encore une fois creux, MAIS dont on ressent clairement toute la peine pour une immortalité qu’il n’a pas désirée
  • Un trio d’armes intéressant et varié sur le plan du gameplay

Les moins :  

  • Les passages d’infiltration (et ce foutu Agreus. Je le dis haut et fort : je le hais !)
  • Plein d’idées mais pas toujours abouties
  • Des chargements parfois inutiles et longs

Note : 3.5/5

Les commentaires sont désactivés.