Test de BOXBOY! (Nintendo 3DS)

boxboy

Alors que l’on cherche à thématiser tout et n’importe quoi, entre deux épisodes de Kirby, le studio japonais Hal Laboratory s’amuse et propose le petit mais ingénieux BOXBOY!, un jeu dématérialisé où le joueur manipule un cube qui peut se cloner pour progresser le long de mondes offrant une courbe de progression véritable. Un interlude plein de fraîcheur pour la 3DS de Nintendo.

BOXBOY ! : un charment retour aux origines

032
Simple mais efficace, BOXBOY! permet de donner vie à un concept simple basé sur la multiplication de cubes.

Officialisé lors d’une édition du Nintendo Direct et presque sorti de nulle part, BOXBOY! aurait pu passer tristement inaperçu. Seulement, ce n’est pas n’importe qui qui se trouve derrière : Hal Laboratory peut tout de même se targuer d’être derrière la majorité des épisodes de la franchise Kirby, de l’indispensable J-RPG EarthBound ou encore de la plupart des épisodes de Super Smash Bros. Oui, manifestement, ils savent ce qu’ils font. Avec BOXBOY!, on laisse tomber les milles couleurs de l’arc-en-ciel et on replonge tout droit dans les 90’s où la monochromie était la seule et légitime norme sur les plateformes portables. À cela s’ajoute, tout naturellement, les sonorités 8-bits d’antan. Une vraie madeleine de Proust, en d’autres termes.

Qbby est un personnage carré qui a pour simple mission de sauver les siens en traversant de nombreux niveaux. Chance pour lui, il n’est pas totalement démuni de pouvoir. En réalité, il n’en possède qu’un : celui de se démultiplier. Et voilà toute l’astuce de level design proposé par Hal Laboratory. Comme tout bon jeu de plateforme, il faudra arriver à la porte de sortie en survivant aux multiples dangers. Mais à part sauter, il faudra jouer sur la manipulation de la touche « Y » combinée à l’une des quatre directions. Chaque niveau permet de se démultiplier un certain nombre de fois (de 3 à 9). Cela va permettre de passer au-delà d’un gouffre, de ne pas s’empaler sur de vilains pics, etc. Les niveaux, courts, certes, sont tout de même au nombre de cent-cinquante. Chaque monde (composé de six à sept niveaux) propose, comme c’est souvent le cas dans ce genre vidéoludique, une nouveauté de gameplay à appréhender. Cela va du simple fait d’éviter les obstacles à l’interaction avec des interrupteurs, en passant par la possibilité, dès qu’un cube touche une plateforme, de guider le personnage jusque-là en suivant le parcours dessiné au préalable.

Le maître des blocs

Boxboy
Chaque niveau permet de récupérer une monnaie fictive qui va permettre de récupérer des nouveaux costumes, de débloquer des défis ou des musiques.

Outre l’ingéniosité du concept, le jeu ne demande pas des compétences particulièrement élevées, ça reste très agréable et accessible et on ressent la pointe de défi sans frustration propre aux jeux de Nintendo. Lors de la traversée des niveaux, Qbby devra récupérer des bonus sous formes de « couronnes ». L’originalité vient du fait que si le joueur utilise trop de cubes sur un niveau, ces derniers ne seront plus accessibles. Ainsi, en plus de la limite de cubes dans une seule phase de création, le niveau lui-même limite aussi le nombre total de cubes. En empruntant la porte de sortie, Qbby bénéficie alors d’une monnaie spécifique qui va lui permettre, dans une boutique dédiée, de se faire plaisir. Là, il sera possible de récupérer quelques costumes supplémentaires pour gommer, partiellement, la grande austérité du protagoniste. Rappeur, chevalier, etc. Il sera également possible de récupérer les quelques musiques du soft (sans grandes prétentions comme tout le reste mais ça reste très sympathique), des défis supplémentaires (de deux types : des contres-la-montre et des course au score), histoire d’augmenter le challenge, et puis, un recueil qui va vous permettre de passer « maître dans l’art des blocs ». En d’autres termes, il s’agit du mode d’emploi de Qbby qu’il faudra débloquer progressivement.

Conclusion

boxboy
Lassé de ce petit carré tristounet ? Outre son level design rafraîchissant, BOXBOY! offre même la personnalisation de son avatar. Un détail, certes, mais qui a le mérite d’être.

Sous sa forme d’apéritif ludique, BOXBOY! est une surprise que l’on n’attendait pas vraiment. Vendu pour une bouchée de pain (4,99€, soit le prix d’une grosse application sur smartphone/tablette), et si en plus vous êtes équipés de la console de Nintendo, BOXBOY! devient un indispensable de l’eShop de Big N. Il ne faudra pas s’attendre à un jeu riche et profond. Ici, Hal Laboratory mise sur du minimalisme fleurant bon la nostalgie. Pour autant, le studio japonais ne propose par une redite d’un concept usé jusqu’à la moelle mais innove en partant d’une idée toute bête mais qui fonctionne, assurément. BOXBOY! se destine avant tout aux amoureux des level designs simples mais ingénieux. Bon, maintenant, on est prêt pour Kirby et le pinceau arc-en-ciel et vous ? 

Les plus :

  • Le prix : 4,99€
  • Un concept original
  • Un minimalisme particulièrement justifié

Les moins :

  • Le jeu ne sera pas très long, comptez 3 à 4 heures
  • N’existe que sous format dématérialisé

Note : 4,5/5