Test de Divinity : Original Sin Enhanced Edition (PS4)

divinity_enhanced_edition

Divinity : Original Sin apparaît pour la seconde fois sous les projecteurs vidéoludiques suite à un Kickstarter remporté haut la main. Améliorations en pagaille, voix pour chaque personnage présent dans le jeu et surtout un portage console qui vaut vraiment le coup d’œil (donnant l’impression que le medium est vraiment pris au sérieux pour une fois). Cerise sur le gâteau : le RPG de Larian Studios offre un mode coopératif vraiment bien foutu !

Divinity : Original Sin n’est pas tout à fait nouveau. Le jeu était déjà sorti sur PC et avait, dans sa formule de base, rencontré un succès général assez fou. L’aura de cet épisode était tel que presque personne ne pensait à le critiquer. Pourtant, des critiques, on peut toujours en faire. Et le studio belge Larian a reconnu que le jeu pouvait être encore meilleur. Cela explique donc la présence de cette version « Enhanced » qui rehausse de nombreux aspects du titre. Alors, je ne vais pas me la jouer vieux briscard qui connait la saga par cœur (oui, la franchise « Divinity » a fait ses premiers pas dès 2002), du coup, j’ai un regard très neuf sur le sujet.

Le jeu débute près d'une plage. Les premiers combats jouent le rôle de didacticiel.
Le jeu débute près d’une plage. Les premiers combats jouent le rôle de didacticiel.

Plus joueur console que PC, voir un projet pécéiste comme jamais atteindre nos plateformes télévisuelles a titillé ma curiosité. Mais, attention, on sait pertinemment bien que, trop souvent, les portages de jeu « trop PC » sont souvent mal optimisés pour la console. Eh bien, pas Divinity : Original Sin Enhanced Edition. Non, non ! Passant par le case désormais très habituelle du financement participatif, le jeu a passé les mailles du filet et profite, pour tous, d’améliorations notoires comme des voix pour les personnages et, entre autres, une adaptation aux petits oignons pour la Xbox One et la Playstation 4 ! Mais des beaux oignons, vraiment.

Divinity : Original Sin Enhanced Edition
Les points d’action (pour les attaques ET les déplacements) doivent être utilisés avec stratégie !

Pour ceux qui ont joué aux anciens Divinity, Divinity : Original Sin Enhanced Edition se situe plusieurs milliers d’années après les événements de Divinity : Dragon Commander. Heureusement, ce dernier opus peut très bien se jouer de façon autonome. Sa richesse, que dis-je, son énorme richesse, permet d’apprendre à appréhender l’univers… et ce, pendant des heures. Le titre invite le joueur à incarner deux Traque-sources. Leur mission étant de traquer (forcément) des Ensourceleurs, des vilains mages corrompus par une magie particulière nommée « la Source« . Le jeu propose plusieurs niveaux de difficultés… de la formule simplifiée où le jeu laisse vraiment le temps de s’habituer aux caractéristiques, notamment, des combats. Jusqu’à la difficulté criminelle et sadique qui fait fondre votre sauvegarde en cas de défaite. On retrouve ainsi un mode « tu meurs, c’est foutu, à tout jamais, finito » inhérents à certains jeux de rôle pour hardcore gamers comme Diablo.

Le fameux écran splitté de Divinity : Original Sin Enhanced Edition. Vraiment plaisant... Et quel délice de jouer avec un humain dans la même pièce !
Le fameux écran splitté de Divinity : Original Sin Enhanced Edition. Vraiment plaisant… Et quel délice de jouer avec un humain dans la même pièce !

Divinity : Original Sin s’inspire des anciens jeux de rôle où l’action n’était pas de mise et où le tour Achat et livraison rapide de kamagra 100mg oral jelly en gel pas cher en France par tour dictait sa loi. Chaque personnage doit ainsi gérer ses points d’action et l’on peut anticiper les actions des ennemis grâce à une ligne du temps en haut de l’écran. Mais ce qui m’a surtout donné envie de jouer à ce jeu… c’est son mode coopératif en local. Oui, en local ! Aussi surprenant que cela puisse paraître, le jeu propose un mode sur un même écran avec, dans certains cas, une image splittée. C’est tellement rare que je n’y croyais pas. Et, dans la pratique, c’est vraiment, mais vraiment confortable. Si les personnages sont proches, l’écran est normal. Mais dès que l’un d’eux s’éloigne, l’écran se scinde de façon très souple et fluide. Ainsi, si le jeu peut être traversé en duo, les joueurs peuvent également s’organiser et se partager les tâches.

Un jeu à la complexité incroyable

Divinity : Original Sin Enhanced Edition
L’inventaire est, à la fois, riche et assez lisible pour cette version sublimée.

Alors, Divinity : Original Sin est riche… et complexe. Au départ, comme tout bon jeu de rôle, vous serez amenés à choisir votre race, votre sexe et les caractéristiques du personnage. Dans ce jeu, rien n’est figé et, progressivement, le joueur pourra vraiment modeler son personnage comme il le désire. Loin des jeux modernes actuels (on pensera naturellement à The Witcher 3, et dans une moindre mesure, à Dragon Age: Inquisition), Divinity: Original Sin est un jeu pour les grands, les débrouillards, ceux qui n’ont pas froid aux yeux. Alors, du coup, comme ses paires, ce jeu proposent de nombreuses informations disséminées dans des notes, des bouquins, des discussions (présentes par trillions de trilliards !)… qu’il faudra voir/entendre/lire. Oui, avec Divinity : Original Sin, c’est du sérieux.

Une transposition console complètement dingue !

Voici la roue proposée pour atteindre facilement les différentes options du jeu sur Playstation 4.
Voici la roue proposée pour atteindre facilement les différentes options du jeu sur Playstation 4.

Je vais revenir sur l’adaptation du jeu sur console. Si le jeu est riche, sa manipulation est, elle, très logique et intuitive. Contrairement à la version PC, les menus sont grands, lisibles, et en appuyant sur les gâchettes de la manette, on peut facilement rebondir d’un menu à l’autre, changer de personnage et, en combat (ou non), utiliser plusieurs accès rapides.

Le nombre de nouveautés est incroyable. Je ne vais pas tout lister, l’un des forums du studio Larian le fera mieux que moi (et si vous avez envie de perdre du temps là-dessus…). En résumé, on peut dire qu’un grand équilibrage a été effectué, à tous les niveaux. Pour les combats, pour la navigation, pour les échanges, tout ! Et, nous sommes aussi bien lotis que sur PC, pour le coup.

Sur le plan technique…

Divinity : Original Sin Enhanced Edition

Techniquement, Divinity : Original Sin Enhanced Edition est vraiment agréable. Si les musiques ne sont pas inoubliables, elles sont nombreuses et variées. Au niveau du visuel, le travail effectué est charmeur, même quand on approche d’un peu trop près ses personnages. Concernant les doublages, il faudra se contenter des voix en anglais (mais sachant que le jeu en était, à l’origine, privé, c’est une belle avancée). Détail amusant : la majorité des personnes ont un fort accent britannique, certains donnant même l’impression d’être issus de l’Ecosse ou de l’Irlande profonde.

Conclusion

Divinity : Original Sin Enhanced Edition

Divinity : Original Sin Enhanced Edition est un jeu exigent, complet et fourmillant de détails. Larian Studios a réussi à revoir sa copie avec un professionnalisme assez fou. Que l’on soit sur PC (où une mise à jour permet de profiter de toutes ces nouveautés) ou sur console, aucun joueur sur Terre n’est délaissé. Si l’on aime les combats au tour par tour, les jeux qui ne vous prennent pas pour des bébés et les jeux chronophages, cette version enrichie de l’un des meilleurs jeux de rôle de ces dernières années aura sa place dans votre ludothèque. 

Plus :

  • La coopération en local !
  • Une jouabilité jouissive à la manette
  • Une richesse inouïe
  • Un doublage (bien qu’en anglais) d’assez bonne facture
  • Des combats tactiques et variés

Moins :

  • C’est quand même vachement velu et chronophage comme jeu
  • Pas de français à l’oral, pourra-t-il dire

Note : 4,5/5