Test du jeu de société Kingdomino Age of Giants

Vous l’aurez compris au titre, vous aurez besoin pour jouer à Kingdomino Age of Giants, de Kingdomino ou Queendomino, voire de mixer les 2. Il fallait que cela soit directement éclairci, avant de découvrir si cette extension de Bruno Cathala, est si géante que cela.

Kingdomino Age of Giants

Vous pensiez votre royaume à l’abri ? C’était sans compter sur une « petite » nouvelle donne. Les lieux ne pouvaient laisser indifférents les habitants des montagnes : les Géants ! Oh ils ne sont pas foncièrement méchants dans Kingdomino Age of Giants, comme généralement dans la vie. Malheureusement, ils sont un tantinet maladroits. De quoi écrabouiller votre domaine sans le faire exprès, on vous le promet.

Kingdomino Age of Giants

Premier atout de Kingdomino Age of Giants, la possibilité d’évoluer à 5, par l’apport de 12 nouvelles tuiles, ainsi que du roi marron. En revanche, ce que l’on pourrait affirmer comme étant l’immense innovation, ce sont bien entendu les géants. Ceux-ci venant écraser l’une de nos couronnes, si l’on joue un domino contenant l’un de ces bonshommes. Voyant le bonus sinon octroyé par l’objet en fin de partie, être annihilé. Toutefois l’on pourra s’en débarrasser en activant une tuile représentant des pas. On guidera ainsi un Géant vers un(e) adversaire. Et cette fois c’est une des couronnes de l’opposant(e) en question qui sera recouverte. De quoi espérer ruiner les chances de vos concurrent(e)s de l’emporter.

Cependant l’extension ne s’arrête pas là, puisqu’elle délivre des tuiles quêtes, insufflant énormément de fraicheur au système de points menant à la victoire. Si les conditions du jeu de base existent encore, d’autres communes font leur apparition. Un duo de ces tuiles étant pioché en début de partie. Ce qui influera directement sur les mécaniques, offrant ainsi une rejouabilité particulièrement étendue. Les combinaisons s’avérant nombreuses, il s’agit d’un ajout important. On pourra ainsi toujours faire en sorte de placer notre château au milieu ou bien encore désormais, y trouver certains environnements à proximité.

Kingdomino Age of Giants

Dans l’éventualité où vous ne seriez pas habitué(e)s aux jeux de société, vous songez peut-être qu’extension signifie un contenu simple dans la boite, limite insignifiant. Autant affirmer immédiatement qu’il s’agit du contraire avec Kingdomino Age of Giants.

Celui-ci affirmant sa forte identité en nous écrasant de sa tour de distribution. Impressionnante, jolie et utile, celle-ci prouve que l’on peut être une extension et attirer par son contenu physique. Cette bâtisse contenant les tuiles et dominos, se trouvant très maligne, puisque l’on peut s’en servir pour tirer ces derniers, avec un glissage pratique. Pour le rangement d’après partie, elle servira également si on le désire. Cependant la boite fait également bien son boulot. Si vous êtes du genre à apprécier mettre en avant les pièces marquantes de vos jeux, vous aurez clairement envie de poser la tour sur un meuble. Et de l’avoir prête pour utilisation.

Niveau éléments, nous sommes écrasé(e)s par le charisme des figurines des Géants. Imposantes, pour ne pas dire géantes, elles sont superbes et naviguent pleinement dans cette identité démesurée de Kingdomino Age of Giants. Si bien que l’on prend également plaisir à les exposer. Le plus faisant la différence ? Elles sont recto/verso. En les voyant de face, l’on imagine un derrière blanc. Et bien non ! Les dos et autres parties du corps sont bel et bien représentés dans les 2 sens.

Au-delà de ces pièces dignes d’un jeu de base, tant elles sont attractives, avant même de penser à l’intérêt ludique, on retrouve un nouveau château. Normal, par la présence d’un roi supplémentaire. Et évidemment des tuiles, toujours d’excellente qualité. Surtout, elles bénéficient d’illustrations amusantes, au même titre que les figurines, issues de la main de Cyril Bouquet. Faisant de ces géants des personnages que l’on n’oubliera pas.

Kingdomino Age of Giants

Conclusion

Simple à comprendre, Kingdomino Age of Giants permet d’aller plus loin qu’un banal prolongement via une extension. Les Géants apportent leur part, mais KAOG ne s’arrête pas en si bon chemin. Les nouvelles tuiles toujours plus piégeuses, les objectifs bonus et l’ajout d’un cinquième protagoniste, galvanisent le jeu de manière titanesque. Le tout s’octroyant même une accroche physique/collection, avec sa tour et ses figurines.