Test de Yo-kai Watch Blasters : L’Escadron du Chien Blanc

Après ses épisodes rôlistes, la saga des esprits malins revient faire un tour sur 3DS. Mais Yo-kai Watch Blasters : L’Escadron du Chien Blanc, ainsi que son pendant Peloton Du Chat Rouge, s’écartent du genre, pour partir davantage vers l’action. N’ayant pu se pencher que sur le premier, nous ne ferons évidemment que référence à lui par la suite.

Yo-kai Watch Blasters : L’Escadron du Chien Blanc

Who you gonna call ? Yo-kai Watch

D’ailleurs les féru(e)s de la licence ne seront pas en terre inconnue. Yo-kai Watch 2, qui nous proposait une aventure jeu de rôle, avec une exploration riche, délivrait un mode bonus nommé Blasters. Celui-ci offrant un avant-goût à Yo-kai Watch Blasters : L’Escadron du Chien Blanc.

D’ailleurs comme nous sommes éminemment consciencieux, nous avons été nous renseigner sur les différences entre les 2 éditions. Tout comme les doublettes des Yo-Kai Watch RPG, on retrouve des missions et des personnages inédits de l’une à l’autre. Mais également des défis si l’on associe les sauvegardes de ces 2 nouveaux jeux. Tandis que les sauvegardes de Yo-Kai Watch 2 : Fantômes bouffis et Spectres psychiques, ainsi qu’Esprits farceurs, débloquent des bonus concernant les Yo-kai Spéciaux. Si l’on ne possède pas la totalité des jeux, on retrouve une fonctionnalité d’échange de créatures. Intéressant si une connaissance possède l’une des 2 versions et vous la seconde.

Yo-kai Watch Blasters : L’Escadron du Chien BlancYo-kaction

Comme nous vous le confions, Yo-kai Watch Blasters : L’Escadron du Chien Blanc prend le parti de l’action. Les créatures esprits, pouvant répondre à des missions confiées au sein de leur quartier général. L’endroit où l’on pourra tout gérer. Puisque l’on retrouve tout de même la facette évolution, la préparation de l’équipement, de la formation….

D’ailleurs à propos de cette dernière, il s’avère intéressant de constater que l’on retrouve 4 grandes lignes, parmi lesquelles on choisira la stratégie que nos comparses géré(e)s par l’intelligence artificielle adopteront. En sachant que l’on constituera un escadron de 4 Yo-kai. Sans qu’ils ne soit alliés à un personnage humain. Les fantômes se débrouillent seuls. Originalité par rapport à la licence. On incarnera ainsi un et le trio restant sera dévolu à l’I.A. où à des partenaires. Puisque l’on peut s’y adonner jusqu’en quatuor. Chacun(e) avec un exemplaire du jeu.

Dans le cas où l’on craindrait la faible qualité des performances  de nos compagnon(ne)s virtuel(le)s, comme toujours dans les jeux vidéo, on n’hésitera pas à leur indiquer de s’en prendre au menu fretin. Histoire pour nous de se jeter sur les puissants adversaires. Même si l’on pourra préférer les envoyer sur ces derniers. Ainsi que déterminer qui attaquer pour leur part. Ou enfin, de les laisser faire comme bon leur semble.

Ce qui d’ailleurs pourra suffire face aux ennemis basiques. Les boss apporteront eux un certain défi. Et si l’action s’avère l’identité du logiciel, elle est parfois tournée vers des approches que l’on retrouve dans d’autres jeux du genre, coopératif ou non. Avec notamment la protection d’un tiers. On continue ainsi à combattre comme toujours, mais avec un défi tout autre. Ce qui pimente toujours l’expérience.

Concernant son escadron, on note une véritable approche collective que l’on connait bien. Entre les personnages davantage axés sur le soin ou l’action. Pour le jeune public adorant la licence, il y a de quoi appréhender le genre, à l’instar de ce que les précédents jeux Yo-kai Watch ont su produire dans le JDR. Ajoutez à cela la possibilité de recruter ses anciens adversaires, ainsi qu’une évolution de ses Yo-kai en passant via le NivGym et vous obtenez des aspects nous poussant vers un action RPG finalement assez poussé.

Yo-kai Watch Blasters : L’Escadron du Chien BlancDéco-kai Watch

En plus de l’envie de débloquer tous les protagonistes et il faut avouer que c’est un aspect qui marche, Yo-kai Watch Blasters : L’Escadron du Chien Blanc jouera également sur quelques autres carottes. On aura notamment l’occasion de s’offrir de la décoration pour sa base ou encore accéder aux diverses musiques.

Justement niveau sonore, le pendant vidéo-ludique de la franchise confirme le soin déjà apporté jusqu’ici. Si l’on retrouve évidemment la bande-son connue des fans, le doublage en français est l’un des points forts de chacun de ses jeux. Cela devenant de plus en plus rare, il faut le souligner. Au même titre que la localisation textuelle. Il en va de même à propos des graphismes. Les Yo-kai bénéficiant d’un rendu éclatant. Un régal de les incarner.

Yo-kai Watch Blasters : L’Escadron du Chien Blanc

Conclusion

Même si pour nous Yo-kai Watch Blasters : L’Escadron du Chien Blanc ne possède pas l’attractivité de Yo-kai Watch 2, avec une exploration moins riche, le jeu n’en est pas pour autant dénué de possibilités. Si vous êtes davantage branché(e)s action, que jeu de rôle, vous le préférerez d’ailleurs sûrement. Tandis que la dimension évolution et collection sait insuffler l’envie de continuer l’aventure.

Plus :

  • Jouable en coopération
  • Une action aux teintes stratégiques, plus l’évolution et le recrutement des personnages
  • Graphismes
  • Localisation française textuelle et sonore

Moins :

  • Pas de richesse dans l’exploration
  • Pas d’attractivité scénaristique

Note : 3/5