Test du jeu de société Baïam – Le jeu dont Vous êtes les héros

Attention, dès le 3 décembre 2018 Baïam mute et devient Kuala ! Les premiers exemplaires avec le nouveau nom arriveront en boutique début 2019. Vous avez certainement au moins déjà entendu parler de la gamme de BD dont vous êtes le héros. Ce qui au niveau littéraire, se rapproche le plus d’une sortie ludique. Autant carrément franchir le pas, plutôt que d’installer de gênantes frontières, voici ce que pourrait être le crédo de Baïam – Le jeu dont Vous êtes les héros. Sorti chez Blue Orange et Makaka Editions, celui-ci s’inspire directement de la collection susnommée. Avec aux manettes Shuky, auteur bien connu des accros de ces livres.

Comme son nom l’indique, Baïam – Le jeu dont Vous êtes les héros ne s’adresse pas qu’à une seule personne. Cette aventure misant sur la coopération pour un amusement démultiplié. Cependant que les solistes, régulières/iers ou pour une journée, ne fuient pas. Le premier intérêt se situant dans la possibilité d’évoluer d’1 à 4 joueuse(s)/eur(s). Un double aspect que l’on apprécie toujours.

Notre jeune escadron composé de 2 sœurs, Grobeille et Sarah, et leurs 2 frères, Kyk et Neta, remplace au pied levé le patriarche un peu trop malade pour filer à la chasse aux trésors. Nos ami(e)s, devant en dénicher un maximum en 5 jours sur l’archipel de Baïam. Toutefois le chemin sera loin d’être de tout repos, avec quantité de pièges et autres situations à résoudre. Enfin, on n’omettra pas la véritable héroïne : Kalinette !

Baïam - Le jeu dont Vous êtes les héros

La grande force de Baïam – Le jeu dont Vous êtes les héros, est de savoir user des caractéristiques d’un quatuor de personnages, possiblement simultanément mais pas nécessairement, au sein de ce genre de BD. La boite contenant 4 livres, chacun étant dévolu à l’un(e) des membres du groupe. Si elles/ils pourront y découvrir des images semblant similaires, on relèvera que selon les capacités des détails changeront.

Néanmoins pas de linéarité. Entre Sarah communicant avec les animaux, Grobeille la reine de la résolution d’énigmes, le costaud Kyk et l’agile Neta, les solutions ne s’avèreront pas pour autant simples et uniques. « Je suis Grobeille et peux détruire telle structure, hop je le fais et l’on avance ». Et bien pas forcément. Vous tomberez peut-être même dans un traquenard.

C’est ce qui fait de Baïam une production marquante et non un divertissement jetable. Peu importe la quantité de personnages incarnés au cours d’une partie, l’aventure fonctionnera tout aussi bien, mais sera différente. Surtout que certains mystères ne pourront être résolus, par manque de telle sœur/tel frère. Ceci sans pour autant bloquer l’avancée. Tandis que si nous incarnons les 4 sur plusieurs sessions et aurons donc potentiellement accès à tout, nous pourrons tout de même effectuer divers choix. Les approches étant suffisamment variées, on s’amuse à diversifier son périple partie après partie.

On peut également galvaniser cet intérêt, en misant sur le roleplay. Au lieu de vous parler simplement entre partenaires, afin de vous confier les informations, vous concerter, voter… jouez un rôle ! Mettez en avant votre talent de comédien(ne). Cela accentue la rejouabilité, car évidemment on a ainsi la possibilité de changer nos caractères, notre élocution… Tout en rendant la partie encore plus drôle, via la facette comique que l’on apportera.

Cela sera d’autant plus vrai si l’on y prend part avec diverses personnes, y compris au niveau de l’âge. Puisque l’on y glissera une saveur différente selon si l’on y joue entre enfants, entre adultes, en mélangeant les générations, selon les liens entre chaque… Le côté acting est véritablement le plus pouvant échapper à un public réservé. Pourtant on en ressort d’autant plus comblé(e)s. Un bon moyen de vaincre une certaine timidité, au moins sur un temps, à l’instar d’un cours de théâtre.

Baïam - Le jeu dont Vous êtes les héros

Visuellement, le style rassemble les publics, peu importe l’âge, tout comme les mécaniques de Baïam – Le jeu dont Vous êtes les héros. Gorobei, lui aussi habitué des versions livres, apportant une patte rigolote à l’ensemble. Avec principalement des personnages voyant leurs spécificités être traduites à l’image.

Concernant le contenu, vous aurez compris que la boite, fort bel objet renvoyant à la collection BD, détient 4 livrets, avec des différences entre chaque. La qualité est là, rendant honneur aux illustrations. On n’oubliera évidemment pas la carte, l’artéfact commun à la bande. En la sortant, on se prend pour un Goonie ou un Muppet partant à la quête de trésors. Mais l’on répond peut-être davantage à l’appel de l’aventure, plus encore en coopération, qu’à l’appât du gain.

Baïam - Le jeu dont Vous êtes les héros

Conclusion

En offrant une chasse aux trésors en équipe, Baïam – Le jeu dont Vous êtes les héros fleure bon l’enfance avec sa bande de potes. Quand l’on imaginait carte, énigmes, pièges… pour trouver un coffre rempli de précieux biens. Dans les faits, une boite à goûter avec 2 chocos. On retrouve presque ces sensations si l’on a perdu son innocence, les autres seront elles/eux autant à fond. Baïam est en plus idéal pour composer une équipe mêlant les âges, avec un plaisir aussi fort chez chacun(e). Et non juste une simple satisfaction de partage.