Critique du roman Une Enquête de Adam Fawley #2 – Dans Les Ténèbres

Poursuivons les terribles aventures contées par Cara Hunter, dans son cycle Une Enquête de Adam Fawley. Si le bien nommé premier tome se passait Sous nos Yeux, Dans Les Ténèbres bénéficie d’une accroche au moins aussi explicite : Ça se passe près de chez vous.

Dans les ténèbresContrairement au volume précédent, où l’enquête partait d’une disparition et démarrait donc très vite, Dans les ténèbres nous entraîne vers une rencontre troublante. Par le biais d’une scène de visite immobilière, tout ce qu’il y a de plus banale. Heureusement, elle se passa à temps pour ne devenir macabre. Une femme et un enfant de peut-être 3 ans selon les premières apparences, sont ainsi retrouvé(e)s enfermé(e)s dans une cave. Leur santé est évidemment la première chose à laquelle on pense. Tant les 2 sont sous-alimenté(e)s et déshydraté(e)s. Si bien que la femme ne peut même pas s’exprimer pour expliquer quoi que ce soit. Tandis que l’on ignore si le petit sait parler. La situation nous frappe. Et tout au long de l’histoire, l’on n’a jamais pu arrêter d’y penser. Nous bouleversant continuellement et se demandant comment une ou des personnes ont pu faire ça.

Dans les ténèbresJustement, qui est derrière ? Le propriétaire des lieux semblerait le plus évident coupable. Âgé et semblant perdre l’esprit, on ne peut clairement rien en tirer pour l’instant. Il ne pourrait cependant faire aucun doute qu’il l’aurait séquestrée et violée et qu’il soit le géniteur du garçon. Toutefois Adam ne peut croire que l’horrible histoire ayant eu lieu il y a quelques années dans la maison mitoyenne, soit un hasard. Elle aussi mettant en scène une femme et un enfant, mais d’une autre manière que l’on vous conservera secrète. Tant là aussi vous aurez l’occasion de procéder à votre propre enquête, au fil des informations sur celle-ci. Qui reste néanmoins nébuleuse jusqu’à présent.

Sous nos yeuxAu-delà de l’enquête de Adam Fawley, Dans les ténèbres se consacre grandement à la remise en forme, autant que faire se peut, de la femme et l’enfant. Des moments aussi durs, que prenant aux tripes. Car si cela se mêle bien sûr à l’investigation, en espérant pouvoir connaitre la vérité grâce à celle-ci, l’état dans lequel elle se trouve et ce que l’on n’ose même pas imaginer qu’elle a pu subir, est si choquant, qu’elle ne peut en sortir indemne. Y compris face au garçonnet. Dont l’on pense forcément qu’il n’a surement jamais vu d’autres enfants et peut-être même pas la lumière du jour. Alors qu’il doit désormais commencer à appréhender les autres.

Conclusion

Sûrement dû au fait que Sous nos yeux pouvait longtemps laisser planer l’espérance que la petite fille aille bien, Dans les ténèbres nous secoue d’une façon diamétralement différente. Ni plus, ni moins, les émotions ne s’avérant pas les mêmes. De par une situation nous plongeant directement dans l’horreur. Ce qui d’un point de vue littéraire, permet à ce nouveau volet de délivrer une saveur différente de son prédécesseur. Nous passionnant tout autant, mais faisant palpiter nos sentiments de manière plus concrète d’entrée, avec sa dimension humaine plus intense.