Test de Guitar Hero Live (PS4)

Guitar Hero Live

Cinq ans que l’on n’avait pas vu un nouveau Guitare Hero (et, par extension, de jeux musicaux et/ou de rythme grand public, en Europe). Et le « hasard » fait bien les choses puisque ce nouvel opus débarque peu ou prou à quelques jours/semaines de son grand concurrent : Rock Band. Alors que ce dernier perpétue un héritage sans vraiment en froisser le concept, Guitar Hero Live redéfinit les codes de la série. Jusqu’à, je pense, diviser la communauté des joueurs. À voir dans quel camp vous vous situerez. 

Pour ce reboot ou cette suite, on retrouve aux commandes les Anglais de FreeStyleGames Ltd, studio qui a déjà prouvé avoir le rythme dans la peau puisque ce sont eux qui se sont occupés des deux DJ Hero sortis en 2009 puis 2010. Pour dépoussiérer un peu le concept de Guitar Hero, redonner du peps et déboussoler les habitués, les développeurs ont fait évolué le matériel. Si la norme avait été de proposer cinq touches colorées placées à la suite sur le manche de la guitare, il s’agira dans Guitar Hero Live de deux rangées de trois boutons. Les noirs, en haut, les blanches, en bas. Comme dans les précédents volets, l’idée sera d’appuyer, au bon moment, sur l’un d’eux. Outre l’ajout d’une sixième manipulation possible, cette nouvelle disposition offre des avantages certains. Déjà, ça rend la chose plus ardue mais plus riche. Et, surtout, ça permet de se rapprocher d’une expérience bien plus réaliste en simulant les six cordes (qui sont, sur un accordage standard, de tête, Mi, La, Ré, Sol, Si Mi). De plus, avoir des touches l’une au-dessus des autres permet de placer, si besoin, des barrés… bien moins difficiles à faire que sur une vraie guitare, bien évidemment.

Guitar Helo Live
La grosse nouveauté de ce Guitar Hero Live : le nouveau manche avec six touches, trois basses, trois hautes et la possibilité, du coup, de faire des barrés.

Ici, la nouvelle guitare est assez jolie mais on retrouve une qualité assez proche des anciennes. Reste que le mediator (le bouton pour faire des allers-retours) est un peu plus long et donc plus confortable. Alors, pour ce Guitar Hero Live, on revient clairement aux origines : la guitare. Ainsi, s’il est possible d’ajouter un micro – via une application uniquement disponible sur iOS pour le moment – et une seconde guitare, ça sera tout. Plus de batterie, plus de basse (tristesse ! :(). Cet opus fait donc oublier toute possibilité de créer un vrai groupe… mais c’est sans compter la nette amélioration de l’immersion grâce au mode « live« .

Le direct : il n’y a rien de mieux, mais c’est un vachement plus stressant

D'entrée de jeu...
D’entrée de jeu… Guitar Hero Live mène le joueur sur une vraie scène de concert ! Vous maîtrisez ? Ça sera tout bonnement jouissif. Vous faites de fausses notes ? Attention aux tomates ! L’immersion n’aura jamais été aussi forte dans un jeu vidéo musical.

Le « Live« , d’où le titre du jeu, sera le premier mode proposé. C’est d’ailleurs par ce biais que Guitar Hero Live débute via une petite initiation rapide, histoire de voir si vous êtes bien accordé avec l’ingénieur du son d’un concert imminent. Ce mode permet de jouer en enfilade plusieurs morceaux lors de festivals où l’ambiance est carrément folle. Tellement folle que le rendu réaliste peut mettre mal à l’aise, surtout que le public et les autres musiciens réagissent à notre performance, de Levitra façon positive ou négative.

Guitar Helo Live
Quand tout se passe bien, une vraie synergie s’installe dans le groupe.

Ce mode propose, en tout, 42 morceaux. Tous ne sont pas pas disponibles dès le départ (en mode « partie rapide« ) mais ça reste quand même très juste… surtout quand on compare avec les précédents épisodes qui s’approchaient plus des cent références musicales. En outre, on pourra critiquer certains choix. En effet, on s’attend, pour si peu de morceaux natifs, à des chansons qui font honneur à la guitare. Au final, peu de grands classiques, de rock, de blues ou tout ce qui met en avant l’instrument star. On peut dire qu’Activision a fait le strict minimum pour ce mode Live, histoire de pousser les joueurs à se rendre sur le GH TV qui devient, de fait, LA feature première du jeu.

La GH TV et son contenu colossal

Guitar Hero Live
Dans le mode « TV », il sera possible de jouer « gratuitement » à des morceaux aléatoires ou de payer des jetons pour choisir un titre parmi un catalogue finalement très riche.

S’il faudra s’y faire et accepter le concept, la Guitar Hero TV est une chaîne vivante qui propose, presque en temps réel, des morceaux. De nombreux morceaux. La quarantaine de morceaux du mode Live sont ainsi complétés par une offre qui vient inclure une formule bien connues des jeux mobiles : les achats intégrés. Le jeu n’a rien du free-to-play mais s’en inspire grandement. Ici, exit les enregistrements « concert », le joueur jouera ses morceaux sur fond du clip original de chaque chanson. De plus, le mode GH TV propose un système d’évolutions. À chaque fois qu’une chanson est jouée (il peut s’agir de propositions aléatoires ou non), le guitariste en herbe gagne des points ainsi qu’un certain nombre de piécettes de la monnaie locale du jeu.

Guitar Hero Live
Ce nouveau Guitar Hero emprunte pas mal d’éléments free-to-play. Un choix qui peut être qualifié d’original mais qui ne plaira pas à tout le monde.

Ce mode se veut donc évolutif puisqu’il est possible de gagner des cartes de visite, des nouvelles partitions (soit le template du manche où défilent les notes) ou encore des bonus. Ce qui est important de savoir, c’est que chaque chanson jouée coûte un jeton. Les jetons sont achetés via la monnaie du jeu. Pas de gros problème puisque l’argent est rapidement engrangé. Reste qu’il est impossible d’acheter une bonne fois pour toute un morceau. Non. Au lieu de cela, il faudra payer à chaque fois. Et l’option « ajouter à la tracklist » permet juste de jouer plusieurs morceaux d’affilées ce qui multiplie juste le nombre de jetons à payer en fonction du nombre de chansons à jouer. La chose a vraiment de quoi frustrer, surtout quand on voit que la concurrence continue à récompenser les joueurs qui en veulent plus. Bref, c’est une façon de faire à laquelle il faudra adhérer pour bien profiter du concept offert par Guitar Hero Live. Et, une fois cela fait, le plaisir est vraiment là. Ainsi, en faisant preuve d’autant d’honnêteté que possible, on peut déjà jouer vraiment longtemps sans débourser un denier réel, ce qui fait la grande différence.

Une nouvelle formule irréprochable ?

Guitar Hero Live
Entre autres, des bonus (à activer en penchant la guitare) viendront agrémenter ou simplifier une partition.

Outre le modèle ludique qui ne pourra pas plaire à tout le monde, ce que je peux reprocher finalement dans le mode GH TV est ce pot-pourri de chansons. On y trouve de tout. Du bon, du moins bon, bien que ça dépende évidemment des goûts. Mais on retrouve surtout de tout. En fait, on ressent un sentiment certain : celui de ce dire que toutes les chansons ne sont pas faites pour être dans un Guitar Hero. Prenons la sympathique chanson Counting Starts de OneRepublic. Outre l’introduction en acoustique, le reste de la chanson est assez riche et la guitare n’est pas toujours très marquée. In fine, on grattouille sur des instruments qui ne sont pas des guitares, ni des instruments à cordes. L’expérience se ressent donc quelque peu entachée.

Conclusion

Guitar Hero Live
Le mode « TV » propose des clips. En fond, vous aurez à chaque fois la vidéo d’origine de la chanson concernée.

Une chose est sûre : on ne pourra pas reprocher à FreeStyleGames de ne pas chercher à faire différemment. Sur ce point, les nouveautés sont intéressantes, le mode live est impressionnant et la nouvelle guitare propose une expérience vraiment plus riche. Je pense que pour apprécier ce nouvel opus, il faut simplement accepter (oui, j’ai souvent écrit ce verbe, à juste titre) la nouvelle approche. En d’autres termes, ce reboot viendra satisfaire le joueur du dimanche ou, celui, qui veut, en présence d’amis, passer un bon moment, qui plus est, renouvelé sans cesse. Mais pour l’accroc, celui qui veut maîtriser un morceau bien précis dans la difficulté la plus élevée… la frustration sera de mise et il sera toujours possible de se pencher sur l’offre concurrente, certes plus traditionnelle mais proposant une formule connue et adoptée. En résumé, Guitar Hero Live aura pour lui une audace prononcée. Maintenant : à voir dans quel camp les joueurs vont s’orienter sur le long terme. Et surtout, à vous de choisir, désormais. 

Les plus :

  • Un mode « live » ultra immersif (le public réagit aux performances du guitariste)
  • Un catalogue en mode « TV » très impressionnant et hétéroclite !
  • Une nouvelle guitare qui accentue le réalisme musical
  • Un prix bien inférieur à celui de Rock Band 4, le concurrent direct de GH Live (comptez 75€ pour le jeu et la guitare, moins de 50€ pour une guitare seule et un peu moins de 150€ pour deux guitares et le jeu, quand Rock Band 4 revient à plus de 110€ rien que pour le jeu et la guitare et jusqu’à 300€ pour le set complet)

Les moins :

  • Un nombre de morceaux très juste en mode « live« 
  • Les jetons à dépenser pour jouer à ce que l’on veut
  • Les morceaux impossibles à acheter
  • Quelques morceaux peut-être mal adaptés à la sauce « Guitare Hero »
  • Plus de basse et plus de batterie…

Note : 3,5/5