Test de South Park: L’Annale du Destin (PS4)

Après mon gros coup de cœur pour Mario + Lapins Crétins sur Switch, voilà qu’Ubisoft nous propose un deuxième jeu à la sauce tactical RPG au tour par tour avec South Park: L’Annale du Destin. La comparaison s’arrête là puisque le ton et le contexte sont presque diamétralement opposés entre les deux jeux, comme vous pourrez en juger dans la suite de ce test !

South Park : L’Annale du Destin

Je vais commencer par répondre tout de suite à deux questions que certains d’entre-vous se posent peut-être : non il n’est pas nécessaire d’avoir joué au premier jeu sur PS3 (Le Bâton de la Vérité), ni d’être un expert du dessin animé South Park. J’étais d’ailleurs dans cette situation avant de commencer le jeu et ça ne m’a pas du tout gêné. Je dirais même que c’était presque un avantage puisque ne connaissant pas les voix officielles des doubleurs français, je n’étais pas choqué de ne pas les retrouver dans le jeu !

South Park : L’Annale du Destin

Parlons maintenant du jeu qui présente quelques spécificités par rapport à un TRPG classique. Dans L’Annale du Destin vous incarnez le petit nouveau qui vient de débarquer dans South Park, et qui se retrouve embarqué au milieu de la bataille fratricide que se livre le groupe de potes à la sauce Civil War ! Il faudra donc choisir votre camp et surtout le super héros que vous allez incarner et les pouvoirs dont il dispose. Ces pouvoirs sont modélisés par un damier qui représente la zone d’effet de l’attaque. Certains personnages attaqueront par exemple droit devant, d’autres en diagonale ou en étoile, etc. Il faudra donc faire très attention à ce paramètre lorsque plus tard dans le jeu on sélectionnera les trois amis qui combattront auprès de vous. Mais ce n’est pas tout puisque pour que votre équipe soit efficace il faudra piocher judicieusement parmi la palette des pouvoirs spéciaux de vos compagnon de baston. Certains déstabilisent les adversaires, d’autres leur font perdre un tour ou les immobilisent, etc.

Vous l’avez compris, au delà de l’humour pipi caca de ce South Park se cache un jeu au gameplay profond, qui nécessitera une bonne dose de réflexion au moment d’aborder les combats. Je vous conseille d’ailleurs de faire le jeu dès le départ en mode Difficile histoire de pimenter les combats. C’est ce que j’ai fait (principalement pour décrocher le trophée Platine du jeu !) et je ne le regrette pas tellement c’était intéressant.

South Park : L’Annale du Destin

Mis à part cet aspect tactique, le jeu de Ubisoft San Francisco consiste à se balader dans la ville de South Park pour déclencher des missions principales, des quêtes secondaires ou tout simplement se bastonner avec une riche palette de personnages allant des élèves de 6ème aux hôtesses de restaurant en passant par des SDF ou des ninjas ! Il faudra également looter un maximum d’objets de base pour crafter des artefacts qui augmentent la puissance du héros, ou permettent de fabriquer de nouvelles tenues de super héros mais ça reste purement cosmétique. Petite astuce au passage qui vous fera économiser un temps précieux : les seuls éléments interactifs dans le décor sont ceux qui apparaissent en jaune comme par exemple les poignets de tiroirs jaunes, etc.

South Park : L’Annale du Destin

Dernière trouvaille qui donne à l’Annale du Destin un coté metroidvania : vous débloquerez au fur et à mesure de l’aventure différentes invocations, toutes basées autour des pets du personnage (!) et qui permettent par exemple d’accéder à des endroits surélevés, de désactiver des circuits électriques ou de dégager un passage bloqué par des briques rouges. Ces invocations, outre le fait qu’elles soient complètement dans le ton du jeu, sont une façon maline d’ouvrir peu à peu la map au fur et à mesure que l’histoire avance.

South Park : L’Annale du Destin

Conclusion

J’avais loupé le Bâton de la Vérité lors de sa sortie sur PS3 et je comptais bien me rattraper avec l’Annale du Destin dès qu’il a été annoncé à l’E3 2015. C’est maintenant chose faite et j’en suis ravi tant le jeu est une réussite à plusieurs niveaux : l’ambiance, la DA, la fidélité par rapport au dessin animé, mais surtout l’aspect tactique des combats qui s’est révélé très intéressant, surtout en réglant le jeu en mode difficile. La durée de vie est plutôt importante. Comptez environ 25 heures pour l’histoire et 5 heures supplémentaires pour le Platine. De mon coté je vais surveiller de près l’arrivée du portage du Bâton de la Vérité sur PS4. Pour rappel il sera offert aux acheteurs de L’Annale du Destin.

Plus :

  • Fidélité au dessin animé
  • Variété des ennemis
  • Aspect tactique des combats

Moins :

  • Les puriste regretteront l’absence des doubleurs officiels…
  • Personnellement ça ne m’a pas dérangé

Note : 4/5