Chronique bande dessinée La cité des secrets

Ultime sortie du quatuor des débuts du label Bande d’ados de Bayard et Milan, La cité des secrets de Victoria Ying, accompagnée d’Undram Ankhbayar (nom idoine vu l’un des éditeurs aux couleurs, traduit par Sidonie Van Den Dries, nous propose une surprise à chaque page tournée ou levier enclenché.

La cité des secrets

Au sein du majestueux et essentiel centre de télécommunications de la ville d’Oskars vit ou plutôt survit, Ever. Jeune garçon dont les employées l’apercevant éventuellement, ignorent tout. Celui-ci ne se montrant pas et craignant particulièrement la directrice, voire d’autres personnes, cherchant à l’en faire déguerpir. Tandis que la majorité des femmes travaillant ici, souhaitent davantage l’aider.

De même pour Hannah, qui vient avec son influent père, visiter les lieux. Même si le côté espiègle de la petite fille, risque de faire remarquer Ever plus qu’autre chose. Ce qui ne doit absolument se produire. Car celui dont elle cherche à devenir amie, doit protéger un secret ici-même. Il n’en sait pourtant que très peu. De par ce que son propre père a pu lui transmettre. Cependant, ce qu’il connait et cache sans savoir quoi, s’avère apparemment essentiel à la bonne tenue de la cité. Bien que parmi les étages de cette dernière, les différences entre classes sociales sont profondément marquées et les endroits malfamés très présents.

Mais cela fonctionne par conséquent dans le sens inverse. Posséder ces connaissances et tous les mystères de cet endroit aux divers niveaux mécanisés, à l’atmosphère un chouïa steampunk, permettrait de gagner en pouvoir.

De ce fait, Ever est toujours poursuivi et l’aventure devient de plus en plus épique, au sein de cette histoire d’amitié. La dimension mécanisée au cœur de l’architecture, nous offre parallèlement des passages certes trépidants, mais à la fois somptueux d’ingéniosité.

Conclusion

Une B.D. virevoltante, étonnante, avec un véritable style graphique par les idées de cette titanesque structure amovible., La cité des secrets conclue ainsi en beauté le lancement de Bande d’ados.