Critique du roman L’Empire des Tempêtes #3 – Blood & Tempest

Jon Skovron enchaîne avec L’Empire des Tempêtes, qui n’a certes pas autant de volumes que le Kraken possède de tentacules. Blood & Tempest s’avérant tout de même le 3e de la série.

Blood & Tempest

Si Blood & Tempest nous montre une Hope désireuse de ranger son épée, on y découvre une facette différente de la jeune femme. Probablement un côté maternel, qu’elle n’ose pas effleurer dans ses pensées, lorsqu’elle décide de s’occuper d’Uter. Sans vous révéler pourquoi lui, afin de ne pas vous griller une lecture précédant cet événement. L’impression qu’il n’est pas commun se fait immédiatement ressentir, à ses paroles. Mais l’on sent également qu’entre les 2, un échange se fera. Forcément, l’adulte pense souvent qu’il enseignera à l’enfant.

Toutefois, on a vite la sensation qu’elle risque d’apprendre énormément grâce à lui. Notamment sur elle-même. Et en vivant des moments très différents de ceux connus jusqu’ici. Bien qu’elle ne pensait pas en arriver là, mais elle parait plus que jamais vouloir s’occuper de lui. Suite aux précédents actes de celle-ci, laissant a priori seul le garçon. En parlant d’apprentissage, Hope découvrira bien d’autres biais pour rester une guerrière. Améliorant même son niveau en mathématiques, lors d’un truculent passage avec Yannis. Maligne l’expérimentée. Car comme tout(e) bon(ne) professeur(e), elle sait intéresser, par le biais d’un thème moins barbant que les maths tout court. En l’occurrence, en faisant une référence directe au jeu auquel est en train de jouer et se salir Uter.

Blood & Tempest

On imagine donc qu’en plus, Hope pense à la lessive qu’elle aura à faire derrière. On apprécie beaucoup ces moments-là. Tandis que bien d’autres montreront le garçonnet sous une facette très troublante. Son passé tumultueux ne l’ayant clairement pas aidé. Tandis que d’autres émotions encore ressortent chez sa tutrice. Serait-elle raide dingue de notre espion impérial, le fameux Red ? Mais au-delà de ces relations fortes, Blood & Tempest propose des séquences mouvementées via d’autres façons.

Tout d’abord, on peut affirmer que le livre est du genre sexe, drogue et gobelins qui roulent ! Jon Skovron ne joue pas le faux pudique. Il clame clairement les maux de certains endroits malfamés. Voire devient carrément explicite sur quelques scènes. Tandis que la violence n’est pas en reste. Les affrontements de cape et d’épée, au ton de piraterie sont bien là. Avec une ambiance mystérieuse, qui plane constamment sur l’empire. Effectivement, il n’y a pas que la bagarre et les sentiments dans la vie. Il y a les ruses aussi. Toutefois l’action trépidante saura tout renverser grâce au Kraken. Ce qui n’est pas vraiment un secret si vous avez vu la couverture de Blood & Tempest. On se permet donc de l’évoquer.

Blood & Tempest

Avant même d’entrer dans la lecture de Blood & Tempest, l’on plonge déjà dans la tentaculaire illustration de Johann Bodin. Ce vert brumeux fonctionne toujours sur le thème maritime. Il rend une atmosphère mystique, nous faisant d’autant plus craindre le milieu dans lequel on évoluera. Tout en nous attirant par son charme. Enfin c’est peut-être le Kraken qui nous attire en réalité, en nous attrapant par l’un de ses bras. Suite à la fin de l’histoire, 2 bonus nous attendent. On n’en dira pas davantage, mais sachez qu’ils sont très drôles. Courts en quantité de pages, mais tellement marquants, qu’ils prouvent leur importance.

Conclusion

Touchant et épique, Blood & Tempest fait perdurer L’Empire des Tempêtes, en laissant certain(e) protagonistes explorer de nouvelles voies. Très bonne idée, qui vaut tout autant que l’intervention mythique du Kraken.