Critique du roman Les Ombres du Roi Squelette

Les féru(e)s de longue date seront ravi(e)s d’apprendre le retour de Serge Brussolo du côté de la fantaisie héroïque. Reste à découvrir ce que l’auteur nous propose avec Les Ombres du Roi Squelette.

Les Ombres du Roi Squelette

L’approche de l’ouvrage est plutôt intéressante, car si l’on se lie durant la première partie avec le jeune Jarak et sa mère Ushako, on se retrouve rapidement retourné(e) par la suite des événements. Avant d’en arriver là, on découvre la relation pas forcément tendue entre les 2, pourtant l’on n’hésite jamais à nous évoquer une certaine dureté de la part de la femme envers sa progéniture. Même si les échanges, que l’on suit de cette famille, nous démontrent qu’elle tient à lui et vice-versa. Cependant, il est dur pour le garçon de ressentir quelconques bons instants dans sa vie, à cause des coups reçus par les gens du coin. Ceux qui seraient restés éteints, s’ils n’avaient été ressuscités par sa mère. Sorcière auquel le village d’Urzek fait appel, sans pour autant être sympathique avec.

Le moment fort de ces premières pages, étant l’excursion nous faisant comprendre le titre Les Ombres du Roi Squelette. On y croise la titanesque dépouille d’un magicien sanguinaire, dont les os possèdent des vertus extraordinaires. Mais à ce niveau, tout à un prix. Et Jarak, apparemment plus branché osselets que billes, le comprendra à ses dépends. Lui-même ne rêvant que de mortelle vengeance envers les autochtones, trouvera ici le moyen d’arriver à ses fins. Mais les armes du roi ont encore plus soif de sang, que leur nouveau propriétaire.

Les Ombres du Roi Squelette

On pense ainsi que l’on va continuer à suivre les pérégrinations de Jarak. Finalement, l’on verra une rapide évolution, où de nombreuses choses se passeront. On y découvre les pouvoirs acquis, les galons gagnés… Tout va très vite et renforce ainsi la facette plus démente que jamais de l’héritier du trône. Celui-ci sera poussé à retrouver Junia et Shagan. Ennemis du roi originel. Et c’est là, que Les Ombres du Roi Squelette nous retourne complètement. Une transition existe, celle de l’attaque de l’armée de Jarak envers le duo, mais pas que.

On ne va évidemment pas tout vous raconter. Sachez juste que la situation entraîne la doublette à fuir dans une cachette souterraine dont elle ignorait l’existence. Cette dernière prévue pour protéger la haute société. Non sans omettre de leur adjoindre un entourage pour toutes les tâches. Tant durant les premiers instants de la découverte, que le prolongement par toutes les informations que Junia, Shagan et leur compagnon Jôme acquerront dans la foulée, on se retrouve dans le même état que la triplette. Entre émerveillement, questionnement, stupéfaction…

Quiconque apprécie les atmosphères de société se reconstruisant comme elle peut, qu’il s’agisse d’un univers post-apocalyptique, une invasion, une épidémie… sera conquis(e) par ce retournement de situation. On s’engouffre dans cette découverte, comme les protagonistes dans le tunnel les menant en ces lieux. D’ailleurs cette séquence insuffle une importante dose d’humour. Celle-ci qui n’est jamais bien loin.

Les Ombres du Roi Squelette

Tout comme la facette mystique. Pourtant Les Ombres du Roi Squelette semble à cet instant, simplement nous porter vers une société cachée. Où les inégalités restent les mêmes. Mais dont les privations de liberté sont exacerbées par peur. Nos protagonistes sont affecté(e)s à des travaux différents et rapidement, Junia rencontre les lions albinos. Eux aussi amateurs d’os et capables de parler. Les questions fusent dans notre esprit par rapport à certains points. On nous confie des pistes, sans pour autant que tout ne soit cousu de fils blancs. Si bien que l’on poursuit sans jamais se dire que l’on a tout compris à l’avance. Surtout que le trio compte bien remonter à la surface. Mais entre les fauves, les lieux, les dignitaires y prenant place et Jarak au-dessus, on se demande quelle est la pire menace.

Relevons également que Mikaël Bourgouin avec son illustration de couverture et la matière de cette dernière, offrent une impression de classique de l’heroïc fantasy.

Conclusion

Très riche, en sachant nous prendre à revers, on se passionne pour Les Ombres du Roi Squelette. Grâce à ses diverses ambiances, entre le fantastique, les batailles épiques, cette société secrète et une bonne dose d’humour.