Test du jeu de société Dixit Anniversary

Pour le 10e anniversaire du jeu de Jean-Louis Roubira, Libellud a vu les choses en grand. Une nouvelle extension, Dixit Anniversary, regroupant la totalité des artistes croisé(e)s tout au long de la première décennie de Dixit.

Dixit Anniversary

Nous l’avons précisé en introduction, Dixit Anniversary est une extension. Il s’avèrera donc nécessaire de posséder la version de base, pour y inclure les images de cette édition. Celles-ci officiant dans le thème « récits et contes du monde ». De quoi, de préférence, s’amuser avec ces nouvelles dans un premier temps. Puis d’effectuer des mélanges, entre les versions, en vue d’offrir une imagination encore plus débordante. Et évidemment une rejouabilité toujours plus prononcée.

Néanmoins il est à noter que ce nouvel atout de Dixit, possède la même rejouabilité infinie que ses prédécesseurs, tant la seule limite est son imagination. Puisque nos mots pourront s’avérer très différents pour une unique carte, d’une partie à l’autre, à partir du moment où l’on a l’esprit joueur.

Dixit Anniversary

Le principe reste identique avec Dixit Anniversary et autant vous confirmer qu’en 10 ans, avec les extensions qui vont bien, celui-ci reste solide. Tout comme il reste très ouvert à propos de la quantité de joueuses/eurs, avec même une touche de folie en équipe. Attention aux reproches entre équipières/iers.

Faisons toutefois comme si l’on évoluait chacun(e) pour soi. Lors de chaque tour, l’on retrouve un(e) conteuse/eur différent(e). Ce(tte) dernière/ier contant ce qu’elle/il désire par rapport à l’une de ses cartes, gardée cachée. Qu’il s’agisse d’un mot, d’une phrase complètement inventée, d’une citation plus ou moins réputée… Ou volontairement connue d’une seule personne présente. Les adversaires déterminant dans leurs propres cartes, une dont l’univers pourrait coller à ce que la/le conteuse/eur vient de déclarer. Voire une n’ayant rien à voir, selon le but de la personne, qui ne semble pas forcément la gagne.

Ces cartes et celle de la/du conteuse/eur sont ensuite mélangées, puis retournées afin que tout le monde puisse les voir et lancer les paris. Chacun(e) sélectionnera ainsi celle qu’elle/il pensera être à l’origine du mot/de la phrase. Dans le secret, grâce à des jetons à retourner.

Le système de points, atout ingénieux du jeu, se met alors en place. Et si vous ne le connaissez, vous comprendrez qu’il pousse à l’élaboration finement réfléchie d’une phrase ou d’un mot. Mais tout autant en face, pour le choix de sa carte devant piéger ses opposant(e)s, mais pas trop. Concrètement, personne ne trouve la bonne illustration, on considère l’équation trop complexe. La/le conteuse/eur ne glanant aucun point, contrairement à l’intégralité des parieuses/eurs. De quoi également voir parfois des stratégies non déclarées, car personne ne triche. Mais pouvant pousser tout le monde à sortir une carte n’ayant rien à voir avec ce qui a été dit. Histoire d’empêcher la/le conteuse/eur d’un tour de marquer, au cas où elle/il s’approcherait de la victoire.

Dans le cas contraire, où l’intégralité des joueuses/eurs ont bon, on trouve l’énigme trop simple. Rebelote, rien pour la/le conteuse/eur, le reste de la table gagne des points. On évite ainsi d’avoir droit à quelque chose de facile ou d’impossible à deviner. Tandis que les autres joueuses/eurs, feront en sorte de proposer une carte crédible, afin que leurs adversaires votent pour leur image. De quoi amasser davantage de points. Enfin, si une partie de l’assemblée choisit la bonne illustration, les personnes concernées glaneront des points, tout comme la conteuse/le conteur.

Dixit Anniversary

Que serait un anniversaire sans invité(e)s ? L’on pourrait même ajouter, sans toutes/tous les invité(e)s désiré(e)s. Dixit Anniversary n’a pas raté la phase cartons d’invitation. On retrouve ainsi l’intégralité des illustratrices/eurs ayant pu sévir sur les multiples éditions de Dixit. Revue d’effectif : Marie Cardouat, Marina Coudray, Carine Hinder, Pierô, Paul Echegoyen, Clément Lefèvre, Jérôme Pélissier, Franck Dion et Xavier Collette. Soit une excellente nouvelle d’emblée.

Comme évoqué précédemment, les 84 cartes nous permettront de voyager au travers du sujet “ Contes et récits du monde ”. Avec une touche féerique, fantasmagorique, que l’on retrouvera au-delà des images en elles-mêmes. Ces dernières délivrant des univers très différents, effet accentué par la présence de tant de personnes derrière. On découvre ainsi des tons très colorés, d’autres plus sombres, mystérieux, de sublimes jeux de lumières parfois, des situations nettes, d’autres moins concrètes… Cette richesse n’apporte que davantage au jeu, tant dans son aspect visuel évidemment, que celui ludique. Cela gonflant les idées venant avec.

Dixit Anniversary

Conclusion

Aussi prenante que ses grandes sœurs, Dixit Anniversary est plus qu’une extension. Car au-delà de ses mécaniques, de l’inventivité dont l’on peut faire preuve et de sa rejouabilité, elle bénéficie d’un panel d’artistes accentuant la magie du jeu.