Chronique jeu vidéo Farming Simulator 22

La jeune pousse de Giants Software vient de sortir de terre et nous arrive en provenance directe du producteur. Puisque désormais, le studio de développement en est également l’éditeur. Alors Farming Simulator 22, de la bonne ou de la mauvaise graine ?

Farming Simulator 22

Portraits des agricultrices et agriculteurs

Tout comme l’émission l’ADP, Farming Simulator 22 débute par la présentation de ses membres. En l’occurrence ici de votre ou vos travailleuse(s)/eur(s), eu égard à vos différentes parties. La franchise, afin de donner davantage de consistance à la femme ou l’homme derrière les cultures, comme sur certains emballages commerciaux, décide de les mettre en avant. Un riche panel de personnalisation est désormais là, pour obtenir l’avatar de ses envies, des pieds à la tête, avec énormément d’accessoires. Étant donné qu’on pourra fréquemment sortir de ses véhicules et la/le voir, cette fonction servira finalement pas mal. Et forcément, on a davantage plaisir à distinguer une personne qu’on aura façonnée.

Cependant, ce n’est pas non plus ce qui nous attirera vers le jeu. On se dirigera avant tout vers ses 3 campagnes distinctes, à la difficulté croissante par rapport à notre ordre. On pourra ainsi démarrer avec un matériel déjà consistant, pratique pour aborder en douceur l’expérience. Et s’amuser plus librement. Déjà plus complexe, si on choisit une somme d’argent et devra se débrouiller avec. Et on monte encore d’un cran, avec celui nous laissant quasi nu.e au beau milieu des champs. Soit plus dur, mais foncièrement plus stratégique et galvanisant, quand on atteint des objectifs.

Farming Simulator 22

Y a pus d’saisons ma’tit’dam’

On verra à travers FS22, que la créativité de modes aussi populaires virtuellement, qu’essentiels dans la réalité, lors de précédents volets, a inspiré le studio pour approfondir ce nouveau. Il en est ainsi pour le cycle saisonnier. Car s’il existait un mode saisons, désormais l’évolution dynamique de celles-ci, changent diamétralement notre approche. Par conséquent, cela correspond de plus près à la véritable vie d’agricultrices et d’agriculteurs. Tout en enrichissant évidemment l’aspect ludique et le défi. Puisqu’on ne peut agir comme on le désire selon la période.

On songera d’autant plus à la manière dont semer, récolter et autres activités, par rapport au climat et ses incidences. En plus d’être intéressant visuellement. Car si sous la neige on galère forcément avec nos sols et arbres risquant d’être fichus. Toutefois cela a du style en s’y baladant virtuellement dans un gros engin. Dans la vie en revanche, il s’agit d’une tristesse.

Qui plus est, on aura l’occasion de parcourir des lieux très différents, au travers des 3 cartes. Sympathique pour la facette visuelle, mais plus encore pour la diversité des secteurs. Et par conséquent les spécificités météorologiques et des produits. Les différences dans le jeu, reflètent ainsi la nature. On ne cultivera à Elmcreek, au style Midwest des États-Unis, comme dans le Haut-Beyleron. Fictive région au nom fleurant bon le Sud de la France, les accents et les douces olives. D’ailleurs présentes, mais autant préciser qu’entre les fruits, légumes, céréales ou encore les gentils animaux dont on s’occupe de notre côté sans arrière-pensée, ce qu’on peut accomplir est titanesque.

Et même de meilleure façon que dans la réalité, par une agriculture végane, avec proscription des pesticides, cultures de saison, ainsi que par rapport au lieu. On ne veut des tunnels de plastique pour cueillir des tomates et fraises en hiver !

Farming Simulator 22

Agriculture à la chaîne

Le développement de l’industrie se répercute désormais vivement chez Farming Simulator 22. Là encore dans la réalité, on distingue de plus en plus de chaînes de production à proximité des champs. On aura également l’opportunité de s’y atteler ici, en préparant de bons produits dans nos usines, issus de nos ressources fraîchement récoltées. Mais également ensuite de pouvoir les vendre aux commerces du coin. Avec de succulentes recettes locales à la traçabilité sûre. Notamment avec un bon jus de raisin. Enfin un jus de raisin, comme on n’a pas goûté.

Si le pan transformation intensifie celui commercial, on n’omettra la gestion de son pécule. Avec les besoin de vendre au mieux, pour acheter ses semis, évoluer sa ferme en s’emparant de pâturages, ses usines… Ou encore des véhicules et outils agricoles. Il en existe des centaines, avec des marques très connues. Et apparemment de vrais modèles. Cependant pour reconnaître esthétiquement, en plus de savoir à l’avance le nom et mieux encore se rendre compte de son réalisme, si en plus on s’en est servis en vrai c’est le pom-pom, il faut avouer que cela ne concernera que des esthètes. Qui d’ailleurs sont beaucoup à adorer les FS.

Les autres, dont nous qui en connaissons mais pas à ce point, on attend surtout de la variété. Et on y a droit aussi bien dans le style, avec une superbe modélisation de chaque. Que dans leurs capacités. On a envie de tout essayer et quand on découvre une nouvelle machine, le plaisir est grand, rien que par son emploi. Puis au-delà, par la richesse de ce qu’elle apportera.

Conclusion

La récolte est fructueuse avec ce Farming Simulator 22 ! De nouvelles variétés savoureuses, au sein d’une quantité de possibilités et d’éléments jamais vue jusque-là, faisant de FS22 une passionnante aventure. Et même plusieurs, tant on peut diamétralement tout changer d’une partie à l’autre.