Critique du roman Les Royaumes Démoniaques #1 – La Roche des Âges

Le départ du projet de Christophe Evrard, Les Royaumes Démoniaques, remonte tout de même à 2011. La disponibilité depuis peu de son premier tome, La Roche des Âges, en devient plus que jamais un premier aboutissement. Aura-t-on envie qu’il se prolonge et ne soit qu’une grande étape ?

La Roche des Âges

Après une introduction dont l’on vous laissera la surprise, on découvre le héros de La Roche des Âges : Ciwen. Un mage de foudre qui ne laisse vraisemblablement pas indifférent les gens sur son passage. Si bien qu’il a une fâcheuse tendance à esquiver la population. Qui plus est, on se rend rapidement compte que le reconnaître parait assez simple. Et qu’il s’avère presque aussi connu que le loup blanc. Malgré sa dégaine, qui laisserait penser le contraire aux quidams jugeant sur une apparence par rapport aux clichés de la société, Ciwen possède des moyens matériels pour arriver à ses fins. Il le prouve lorsqu’il a besoin de quelque chose. Mais il détient également des capacités physiques plus qu’exceptionnelles. Ce que l’on remarque dès les premières pages, puis les réactions en sachant de qui il s’agit, confirment cette sensation.

Son côté « réservé » est néanmoins renversé quand il débarque au château, avec pour but d’y dénicher Ia Roche des Âges. Un artefact auquel l’on prédit d’incroyables pouvoirs. Cependant est-ce vrai ? Existe-t-elle seulement ? Et si oui, où est-elle cachée ? Les indices semblent concorder sur le fait que si elle se trouve quelque part, c’est bel et bien en ces lieux. Pour obtenir plus d’indices, on découvre notre personnage principal faire preuve d’une violence, à la phénoménale puissance. Inspirant la crainte à tout à chacun(e). Ce qui nous permet de s’apercevoir qu’il a beaucoup d’ennemi(e)s. Pourtant le cadet de ses soucis.

La Roche des Âges

Nous garderons le mystère pour la suite, afin que vous ayez toujours le plaisir de la surprise. Sans vous révéler où il se rendra, nous suivrons notre mage sur la route de la Roche des Âges. Ou plus exactement le chemin, tant l’endroit n‘est pas balisé. Les menaces y sont importantes et nombreuses. Qu’elles soient physiques ou psychiques. Heureusement, il se liera avec une compagnonne de fortune. Pourra-t-il lui faire confiance ? Mais elle-même pourra-t-elle compter sur lui ? Leur objectif identique nous fait imaginer toutes les sortes de trahisons. Ainsi qu’un éventuel roman d’amitié qui commencerait. Et dont découlerait une résolution emplie de bons sentiments entre les 2.

Leur relation amène beaucoup d’humour. Tandis que pour les bons sentiments, l’on appréciera grandement les séquences où Ciwen aura la chance de croiser la route d’un animal. Des moments forts et tendres. Peut-être autant que Ciwen est fort et que ses ennemi(e)s ont le corps tendre sous sa puissance. Mais l’ouvrage ne s’arrêtera pas à cette quête, pour nous mener vers un prochain volet. Toutefois l’on n’en révélera pas davantage, pour vous conserver le suspense.

La Roche des Âges

Important et imposant bonus à La Roche des Âges, les illustrations de Wuika/Jenny Burgy. Atout indéniable dont l’on se régale en conclusion du livre. Mais maintenant que vous êtes au courant, car pour notre part nous évitons d’aller vers la fin avant d’avoir tout lu, vous pouvez déjà les chercher. On en tire un grand plaisir pour les yeux. On espère d’ailleurs que ce choix perdurera pour la suite de la saga Les Royaumes Démoniaques.

Conclusion

La licence Les Royaumes Démoniaques débute fort avec La Roche des Âges. On y apprécie particulièrement la donne psyché, qui varie les approches, tout en rendant plus trouble l’aventure. Désormais l’on a hâte que sorte le volume suivant.