Critique du roman Une aventure de Wilde et Chase #3 – Le Secret d’Excalibur

C’est la 3e fois que l’on retrouve Une aventure de Wilde et Chase. Le duo de chic et de choc d’Andy McDermott, se retrouvant confronté à un nouveau mythe : Le Secret d’Excalibur.

Le Secret d'Excalibur

Avant de retrouver notre couple, l’on assiste à un préambule nous apprenant que les ennemi(e)s de Nina et Eddie seront russes. Ou du moins dans un premier temps, car qui sait ce que l‘on nous réserve ? Forcément, en tant qu’ancien agent des services secret de sa majesté, Eddie Chase ne pouvait ne pas croiser quelques soviétiques sur sa route. On n’ose même pas imaginer s’il avait été américain.

Suite à ce passage nous dévoilant que l‘histoire risque parfois d’être sanglante, Le Secret d’Excalibur nous laisse un bon moment nous (re)lier avec la doublette. Celle-ci est en instance de mariage, ce qui donne lieu à de fréquentes réflexions, tant l’un semble moins enclin à rapidement s’engager. Même si l’on ne doute pas de ses sentiments. Mais comme il l’indiquerait sûrement sur les réseaux sociaux, s’il n’était pas du genre discret, tout en faisant référence à un film avec Anaïs Demoustier : « Situation amoureuse : C’est compliqué ».

Le Secret d'Excalibur

Qui dit mariage en vue, dit présentation de famille. L’humour de la saga en profite pour s’y montrer très présent. Tout comme juste avant en compagnie du président des États-Unis. Un ensemble très accrocheur pour démarrer, avec des moments drôles, teintés de mystères et d’attaques véhémentes. Ces dernières entre Elizabeth, sœur d’Eddie, et ce dernier. On sent qu’il y a là baleine sous gravillons. Et au-delà ce que pourra s’avérer être Le Secret d’Excalibur, l’on découvrira également des secrets intimes. Qui, s’ils ne touchent potentiellement pas la destruction de la planète, n’en sont pas moins importants. Plutôt que de vivre d’éternelles confrontations ou juste s’ignorer.

De son côté, Nina Wilde est contactée par l’historien Bernd Rust. Ami de ses feus parents. Lui évoquant la légende arthurienne, notre héroïne reste dubitative. Jusqu’à ce qu’elle rencontre le groupuscule que l’on connait nous depuis le tout début du livre. Dès cet instant, une séquence pleinement action prend place et autant vous dire qu’elle en met pleine les yeux, rien qu’en étant lue. Il s’agit de l’une des grandes forces de l’auteur, savoir retranscrire une ribambelle de passages complètement déments de ce style, dont les images se forment dans notre esprit. Et autant vous dire que cela va très loin lorsque des véhicules sont engagés. Avec néanmoins souvent une pointe d’humour, au sein même de ces dangereux moments.

Le Secret d'Excalibur

Ces derniers qui s’avèreront plus grandiloquents les uns que les autres. Avec en plus ce côté dépaysant des fictions du genre. L’on suit ainsi Nina et Eddie au travers de leurs pérégrinations, entre Bournemouth et la Suisse, pour nous mener jusqu’en Syrie. Aidé(e)s notamment par Jack Mitchell. Imaginez si Eddie avait porté ce nom de famille… Qui saura leur en apprendre davantage sur Le Secret d’Excalibur et la puissance obtenue si l’on pouvait s’accaparer l’épée du roi Arthur.

Conclusion

Aussi drôle et pinçant, qu’explosif dans ses scènes d’action, Le Secret d’Excalibur associe les genres avec brio. L’aventure et l’espionnage étant au rendez-vous, avec les découvertes et les retournements de situation propres à chaque type. Le tout enrobé d’un humour soigné, n’ayant rien à voir avec ce que les productions cinématographiques proposent depuis quelques années.