Test de Dragon Ball Z Kakarot (PS4)

Pour les fans de Dragon Ball, la période de Noël se prolonge souvent jusqu’au mois de janvier. Ainsi, deux années après la sortie de Dragon Ball FighterZ, c’est au tour de Dragon Ball Z Kakarot de venir occuper le paysage vidéoludique du début d’année. Cette fois pourtant il ne s’agit pas d’un jeu de baston mais d’un projet qui a pour ambition de raconter toute la saga Dragon Ball Z. Alors… Mission accomplie ?

Dragon Ball Z Kakarot

Un RPG dans le monde de Dragon Ball Z… Il n’en fallait pas plus pour me persuader de jouer à Kakarot d’autant plus que mes souvenirs de l’anime datent de l’époque Club Dorothée et qu’à l’époque j’avais complètement loupé l’arc Buu ! Car oui Kakarot reprend tous les arcs de la saga depuis la bataille contre les Saïyens jusqu’à celle contre Buu en passant par la saga Freezer et bien sûr Cell. Mais comment faire tenir toutes ces histoires dans un RPG d’une trentaine d’heures à peine ?

Dragon Ball Z Kakarot

La méthode utilisée par le studio CyberConnect2 (connu pour les Naruto Shippūden: Ultimate Ninja) et l’éditeur Bandai Namco a été de se débarrasser de tout le superflu et des longueurs de l’anime, pour se concentrer sur ce qui fait l’intérêt du jeu : les combats épiques. Les amoureux de l’univers comme moi se plairont certainement à explorer la carte du jeu et à accomplir une tonne de missions secondaires histoire de rencontrer les autres personnages de la saga. C’est aussi un bon moyen de level up ses personnages et d’affronter sereinement les combats suivants !

Dragon Ball Z Kakarot

Les fans de RPG seront comblés étant donné le niveau de détail contenu dans ce DBZ Kakarot. On pourra ainsi faire évoluer ses personnages via de nombreuses méthodes : des repas complets préparés par la célèbre Chichi, des séances d’entrainement ou les arbres de compétences de chaque héros qui permettent d’apprendre de nouvelles attaques ou des capacités passives. Le jeu propose également un système de Tableaux Communautaires, qui lorsqu’on y positionne les personnages adéquats, permettent d’augmenter certaines capacités de manière permanentes. Les personnages en questions s’acquièrent en accomplissant des scénarios de l’histoire principale ou des missions secondaires.

Dragon Ball Z Kakarot

Conclusion

Dragon Ball Z Kakarot a pleinement répondu à mon envie de replonger dans la saga de mon adolescence. Le scénario du jeu explore tous les principaux arcs et le fait sans les longueurs de l’anime, ce qui ne l’empêche pas de revenir sur les moments les plus épiques de la saga DBZ et de présenter une galerie de personnages d’une richesse impressionnante. Les fans de RPG trouveront également – à condition d’accepter les innombrables temps de chargement – de nombreuses façon d’explorer le monde et de passer des dizaines d’heures en compagnie de Goku, Gohan et tous les autres.

Plus :

  • Une fidélité impressionnante à l’oeuvre de Toriyama
  • La générosité encyclopédique du jeu
  • Les combats épiques

Moins :

  • Les pénibles temps de chargement
  • Techniquement assez pauvre (textures, éléments de décor)

Note : 4/5