Test de Judgment (PS4)

Le portage des Yakuza sur PS4 m’a permis de faire connaissance avec cette série géniale et son univers si particulier. J’ai donc suivi de très près l’annonce de son spin-off Judgment (baptisé à l’époque Project Judge puis Judge Eyes), également développé par le mythique Ryu ga Gotoku Studio et qui se déroule dans le même environnement, tout en introduisant des nouveautés de gameplay intéressantes, ainsi que des sous-titres intégralement traduits en Français. Plus aucune excuse pour ne pas y jouer !

Judgment

Ma première surprise a été de constater que Judgment se déroule dans Kamurocho, le quartier fictif de Tokyo qui est le théâtre de la série des Yakuza. L’occasion de rappeler que le jeu propose une vision très originale et très concentrée de l’open world. Ici, pas de grands espaces sur des kilomètres carrés à la GTA. La totalité du jeu se déroule sur quelques rues et les déplacements se font majoritairement à pied. Cette dimension réduite donne à Kamurocho une véritable personnalité et en fait un quartier très vivant où il se passe toujours quelque chose. Ainsi à force d’arpenter ses rues on finit par faire connaissance avec les commerçants et les personnages hauts en couleurs qui les jalonnent. Beaucoup d’entre eux donneront lieux à des missions secondaires, et certains viendront vous prêter main forte pendant les inévitables bagarres de rue lorsque vous tomberez sur une bande rivale.

Judgment

Mais revenons au cœur du jeu et à son histoire principale. Dans Judgment vous incarnez Takayuki Yagami, ancien avocat reconverti en détective privé à la suite d’une affaire criminelle qui a brisé sa carrière et terni sa réputation. Yagami est sollicité au début du jeu pour enquêter sur un tueur en série qui a la particularité d’arracher les yeux de ses victimes. Sympa le mec ! Comme d’habitude chez Ryu ga Gotoku Studio cette première piste va très vite nous mener sur le terrain des Yakuza et, sans trop vous en dévoiler, Yagami San va rapidement comprendre qu’il se retrouve au centre d’une affaire qui le dépasse, entre ambitions politiques, lutte de pouvoir et corruption de fonctionnaires. L’histoire est vraiment plaisante et le scénario accrocheur. Les 12 chapitres s’achèvent sur des cliffhangers très cinématographiques et commencent par un « résumé des épisodes précédents », ce qui aide à maintenir le joueur dans l’intrigue. Plus généralement le jeu d’acteur est vraiment remarquable et les animations faciales bluffantes de réalisme. Pour plus d’immersion je vous conseille de régler l’audio en Japonais avec les sous-titres en Français, même si la version anglaise est de très bonne facture également.

Judgment

Les premières missions permettent de se faire une bonne idée du gameplay du jeu. On retrouve notamment les combats à la Yakuza basés sur deux styles au choix : Grue ou Tigre. Le premier étant conseillé lorsqu’on affronte de nombreux adversaires et le second plus efficace en un contre un. L’enchaînement de coups remplit peu à peu une jauge qui permet de déclencher des mouvements spéciaux très spectaculaires pour mettre de gros dégâts aux adversaires. Notons également que certains boss lorsqu’ils rentrent dans un état ultime sont capables d’infliger des blessures fatales qui raccourcissent la barre de vie et ne peuvent pas être soignés avec de la simple nourriture ou des remèdes. Cette composante rend les combats plus tactiques et obligent à une certaine prudence contre les adversaires les plus coriaces.

Judgment

Judgment est également l’occasion pour le Ryu ga Gotoku Studio d’introduire son lot de nouveautés à la recette longtemps éprouvée des Yakuza. On découvre ainsi dès le premier chapitre les courses de drones auxquelles Yagami peut participer. Cette activité bien qu’étant secondaire peut vous occuper pendant de longues heures étant donné que les développeurs ont prévu une personnalisation très poussée de l’équipement du drone et de nombreux championnats auxquels participer. L’autre grande nouveauté est l’introduction de deux composantes de gameplay spécifiques à l’activité de détective privé de Yagami : la première est la possibilité d’effectuer des filatures tout en évitant de se faire repérer par les suspects ou de les perdre, et la seconde est le mode enquête à la première personne qui sert à trouver des indices ou identifier un suspect à partir de sa description.

Conclusion

Sans trop s’éloigner de la recette traditionnelle des Yakuza, Judgment introduit un vent de fraîcheur à la licence en allant au-delà de l’habituelle guerre de clans et ça fait du bien ! Les amateurs du genre y retrouveront tout de même les ingrédients qui ont fait le succès de la saga comme les combats très chorégraphiés, les activités presque infinies du quartier de Kamurocho et surtout le scénario à rebondissements et les personnages hauts en couleurs comme seul le cinéma asiatique peut en produire ! Le sous-titrage intégral du jeu en Français – une grande nouveauté – est la cerise sur le gâteau qui je l’espère achèvera de vous convaincre de sauter le pas !

Plus :

  • Une histoire passionnante et un scénario à rebondissements
  • Un régal pour les amateurs de cinéma asiatique
  • Kamurocho et ses innombrables activités

Moins :

  • Un humour pipi caca très japonais
  • De trop nombreux chargements

Note : 5/5